TABLE COMPARATIF DES CLASSEMENTS

15 mars 2011

AUTRE POLYCOPE DE METIER ET FORMATION

19 janvier 2011

SALAM

LES TYPES DE DECISIONS :

19 janvier 2011

La décision est un processus qui aboutie à un choix. C’est l’acte essentiel du dirigeant qui oriente l’avenir de l’entreprise. Souvent complexe, elle entraîne des conséquences importantes surtout quand elle est du domaine stratégique.
2) La classification par niveau (Harry Igor ANSOFF – 1918-…) :
•Les décisions stratégiques (de planification) sont les décisions de long terme qui engage l’avenir de l’entreprise (création d’une usine, rachat d’entreprise…).
•Les décisions tactiques (de pilotage) mettent en œuvre sur le moyen terme les options stratégiques de l’entreprise et sont destinées à générer l’activité courante.
•Les décisions opérationnelles (de régulation), elles correspondent au quotidien de l’entreprise.

AGENT ECONOMIQUE

19 janvier 2011

Définition
Personne physique ou morale participant à l’activité économique (les ménages, les entreprises, les institutions financières, l’état …)

Un agent économique est un individu (ou un groupe d’individus) qui se livre à des activités économiques, c’est-à-dire qui s’organise pour lutter contre la rareté et assurer au mieux la satisfaction de ses besoins. Il constitue un centre de prise de décision.
Caractéristiques

Un agent économique présente trois caractéristiques principales :
Il participe de façon spécialisée à l’activité économique : en produisant, en consommant, etc ;

Il dispose de revenus : salaire des ménages, profit des entreprises, etc ;
Il prend des décisions sur la base de calculs économiques.

4- PME :

19 janvier 2011

Tout récemment, et lors de la préparation du Plan de Développement Economique et Social, la sous- commission en charge de la PME a retenu les critères suivants pour la définition de celle-ci :
•Moins de 200 personnes comme effectif employé
•Un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de DH en phase de création, à 20 millions de
DH pour la phase de croissance et à 50 millions de DH pour la phase de maturité.

La PME est présente dans tous les secteurs de l’activité économique marocaine : l’industrie,
l’artisanat et le BTP, les commerces et enfin les services qui englobent le tourisme, les communications,
les transports, les services financiers,…
Dans le domaine industriel en particulier, parmi les 500.000 emplois que compte aujourd’hui le
secteur, la PMI représente près de la moitié répartie comme suit : textile et habillement (35%), chimie et
para-chimie (26%), agro-alimentaire (24%), mécanique et la métallurgie (12%), éle

TYPE D’ENTREPRISE EFFECTIF PERMANENT CHIFFRES D’AFFAIRES ou TOTAL DU BILAN

GRANDE ENTREPRISE
250 salarié 75 millions DH 90 millions DH

PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE
250 salariés 75 millions DH 90 millions DH

MICRO-ENTREPRISE
10 salariés 10 millions DH 15 millions DH

Secteur / Branche/Flière

19 janvier 2011

Un secteur regroupe des entreprises de fabrication, de commerce ou de service qui ont la même activité principale (au regard de la nomenclature d’activité économique considérée). L’activité d’un secteur n’est donc pas tout à fait homogène et comprend des productions ou services secondaires qui relèveraient d’autres items de la nomenclature que celui du secteur considéré. Au contraire,
une branche regroupe des unités de production homogènes.
Une branche (ou branche d’activité) regroupe des unités de production homogènes, c’est-àdire
qui fabriquent des produits (ou rendent des services) qui appartiennent au même item
de la nomenclature d’activité économique considérée. Au contraire, un secteur regroupe
des entreprises classées selon leur activité principale.
Filière

Une filière est constituée de l’ensemble des entreprises qui interviennent dans le processus de fabrication, de la matière première au produit final. Selon les cas, une filière va réunir la transformation des matières premières, la recherche, une seconde transformation, des activités de négoce, une troisième ou quatrième transformation, de nouveau du négoce et pour finir le distributeur final.

L’INNOVATION

19 janvier 2011

est un changement dans le processus de pensée visant à exécuter une action. Elle se distingue d’une invention ou d’une découverte dans la mesure où elle s’inscrit dans une perspective applicative.
Le manuel d’Oslo de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) propose les définitions suivantes: « On entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d’un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services objectivement nouveaux ou améliorés. Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point/adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées. Elle peut faire intervenir des changements affectant – séparément ou simultanément – les matériels, les ressources humaines ou les méthodes de travail1 » Ces définitions sont extensibles aux activités de services et à l’organisation et au marketing dans les formes récentes d’innovation2.
Pour les économistes classiques, l’innovation est réputée être l’un des moyens d’acquérir un avantage compétitif en répondant aux besoins du marché et à la stratégie d’entreprise. Innover, c’est par exemple être plus efficient, et/ou créer de nouveaux produits ou service, ou de nouveaux moyens d’y accéder.

Les coopératives

19 janvier 2011

Au Maroc, la coopérative est régie par le Dahir n°1-83-226 du 9 Moharrem 1405 (5 octobre 1984) portant promulgation de la loi n° 24-83 fixant Statut Général des coopératives et les missions de l’Office de développement de la coopération (ODECO) tel qu’il a été modifié par le Dahir portant loi n° 1-93-166 du 10 septembre 1993. La coopérative peut être définie comme étant « un groupement de personnes physiques qui conviennent de se réunir pour créer une entreprise chargée de fournir, pour leur satisfaction exclusive, le produit et le service dont ils ont besoin et pour la faire fonctionner et la gérer en appliquant les principes fondamentaux (les principes coopératifs) dont le but est d’améliorer la situation socio-économique de ses membres ».

ENTREPRISE CITOYENNE

19 janvier 2011

Elle traduit la volonté de l’entreprise d’agir de manière la plus responsable possible dans ses interactions avec l’environnement.
Une entreprise citoyenne est une entreprise qui prend en compte les problèmes de société
L’entreprise est plus compétitive en étant citoyenne

L’entreprise a intérêt à privilégier la citoyenneté en intégrant une certain nombre d’actions dans sa stratégie.

 Types d’actions

On peut distinguer trois fondements de l’entreprise citoyenne :

- Le respect du cadre légal

Une entreprise citoyenne est une entreprise qui a des droits et des devoirs : elle doit respecter le droit du travail, le droit des consommateurs, etc., c’est-à-dire l’ensemble des règles de droit. Elle ne doit pas chercher à contourner le droit, en matière fiscale par exemple.

- Les actions volontaires au delà des obligations dans son environnement proche

Une entreprise peut aller au delà des obligations légales : augmenter des dépenses de formation au-delà des seuils légaux, éviter les licenciements et les délocalisations, adopter des normes plus sévères que celles imposées par la législation aussi bien dans le domaine de la sécurité que dans celui de la qualité des produits. Par exemple, l’entreprise peut créer des produits biologiques, des écoproduits, mettre en place des normes strictes de contrôle en matière de sécurité alimentaire, etc.)

- Les actions extérieures à son activité

L’entreprise s’impose des devoirs au-delà de sa propre mission :
o Participation à la lutte contre l’exclusion, aide à l’éducation
o Mécénat culturel et sportif

 Les principaux effets attendus en terme de réponse aux aspirations :

- Des consommateurs
L’entreprise essaie de développer une image favorable autour de son nom pour conquérir et fidéliser ses clients.
Exemple : Rhône Poulenc soutient financièrement Ushuaia, la société Leclerc refuse de distribuer des sacs plastiques pour respecter l’environnement , etc. L’objectif est d’avoir des retombées économiques importantes : construire un avantage par rapport à ses concurrents d’où une hausse des ventes et de sa part de marché.
Elle peut aussi vouloir se prémunir contre les risques, par exemple chercher à éviter le boycott et/ou le rejet de ses produits par les consommateurs.

- Des salariés et des futurs salariés
L’entreprise essaie de concilier les aspirations des salariés (MASLOW) et ses objectifs propres. Le but est de favoriser l’implication, le dynamisme et la productivité. Par ailleurs, elle veut attirer les meilleurs candidats.
Par ses actions, l’entreprise affiche ses valeurs dans le cadre de son projet et de sa culture propre.

- Des actionnaires
Ils ont des comportements plus rationnels que les autres agents économiques mais ils peuvent intégrer le critère de la citoyenneté dans leur décision d’investir (exemple : existence d’un indice boursier citoyen aux USA) ;

ENTREPRISE CITOYENNE

19 janvier 2011

Elle traduit la volonté de l’entreprise d’agir de manière la plus responsable possible dans ses interactions avec l’environnement.
Une entreprise citoyenne est une entreprise qui prend en compte les problèmes de société
L’entreprise est plus compétitive en étant citoyenne

L’entreprise a intérêt à privilégier la citoyenneté en intégrant une certain nombre d’actions dans sa stratégie.

 Types d’actions

On peut distinguer trois fondements de l’entreprise citoyenne :

- Le respect du cadre légal

Une entreprise citoyenne est une entreprise qui a des droits et des devoirs : elle doit respecter le droit du travail, le droit des consommateurs, etc., c’est-à-dire l’ensemble des règles de droit. Elle ne doit pas chercher à contourner le droit, en matière fiscale par exemple.

- Les actions volontaires au delà des obligations dans son environnement proche

Une entreprise peut aller au delà des obligations légales : augmenter des dépenses de formation au-delà des seuils légaux, éviter les licenciements et les délocalisations, adopter des normes plus sévères que celles imposées par la législation aussi bien dans le domaine de la sécurité que dans celui de la qualité des produits. Par exemple, l’entreprise peut créer des produits biologiques, des écoproduits, mettre en place des normes strictes de contrôle en matière de sécurité alimentaire, etc.)

- Les actions extérieures à son activité

L’entreprise s’impose des devoirs au-delà de sa propre mission :
o Participation à la lutte contre l’exclusion, aide à l’éducation
o Mécénat culturel et sportif

 Les principaux effets attendus en terme de réponse aux aspirations :

- Des consommateurs
L’entreprise essaie de développer une image favorable autour de son nom pour conquérir et fidéliser ses clients.
Exemple : Rhône Poulenc soutient financièrement Ushuaia, la société Leclerc refuse de distribuer des sacs plastiques pour respecter l’environnement , etc. L’objectif est d’avoir des retombées économiques importantes : construire un avantage par rapport à ses concurrents d’où une hausse des ventes et de sa part de marché.
Elle peut aussi vouloir se prémunir contre les risques, par exemple chercher à éviter le boycott et/ou le rejet de ses produits par les consommateurs.

- Des salariés et des futurs salariés
L’entreprise essaie de concilier les aspirations des salariés (MASLOW) et ses objectifs propres. Le but est de favoriser l’implication, le dynamisme et la productivité. Par ailleurs, elle veut attirer les meilleurs candidats.
Par ses actions, l’entreprise affiche ses valeurs dans le cadre de son projet et de sa culture propre.

- Des actionnaires
Ils ont des comportements plus rationnels que les autres agents économiques mais ils peuvent intégrer le critère de la citoyenneté dans leur décision d’investir (exemple : existence d’un indice boursier citoyen aux USA) ;

123